Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 février 2005 6 05 /02 /février /2005 00:00

 

L’accumulation toujours et encore. Cette envie frénétique du « toujours plus », de la possession.  Pourquoi ? Peu importe, visiblement la question n’est pas là… Ce qui importe c’est de posséder et donc d’exister. Etrange quand même que chacun existe plus par ce qu’il A que par ce qu’il EST ou FAIT… L’objet prend une valeur, une signification surdimensionnée dans l’échelle de nos valeurs et de la reconnaissance sociale.

 

N’est-ce pas « naturel » dans un sens ? Depuis la nuit des temps les hommes n’ont-ils pas cherchés à augmenter leurs possessions ? Pas sûr. En tout cas, pas à la manière de la société occidentale contemporaine. Chez nous cela est devenue une obsession maladive.

 

Pour quel résultat ? Pour quel bien être ? Pour quel épanouissement ? Chacun son truc me dit-on… Il parait que les voitures, maisons et autres avatars des peaux de grenouilles vertes (métaphore de l’argent proposé par un chef indien) suffisent au bonheur de certains. Peut être…

 

Mais permets moi d’en douter. En effet se lancer dans la course sans fin du « toujours plus », n’est-ce pas déjà mettre fin à sa vie dans un sens, puisque l’insatisfaction sera éternelle ? N’est-ce pas anéantir ipsos facto toute possibilité de rêver, de se chercher réellement,… et donc peut être de se trouver ?

 

Une fois encore, le plus cynique dans cette triste histoire c’est le fait que la majorité des individus sont bien conscient que « plus on en a, plus on en veut »,  et donc que toute cette accumulation est futile et n’apportera pas la satisfaction escompté… et pourtant ils se lancent dans cette course absurde de celui qui posséderas le plus. Je caricature, mais c’est un peu ça qui se passe quand même…

 

Mais comment faire pour bien faire ?

 

Il apparaît ici important de chercher à comprendre pourquoi tout un chacun préfère s’aveugler, s’enfermer, se nier, dans un système qui ne respecte ni lui-même, ni ses aspirations profondes !?! Comment se réveiller ?

 

 

Ignace

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Ouniss 21/10/2006 16:30

il est tou a fait important de reflechir sur le terme "developpement"
en fait pour nous des pays du sud est -il commode de penser au developpement comme dans les annéees des independances? je pens que ce temps est revolu pensons plustôt à satisfaire nos besoins fondamentaux "manger à ca faim, boire de l\\\'eau potable, avoir un logement et bien d\\\'autres choses!!!
l\\\'education en Afrique n\\\'a rien avor les realités des pays cela put-il aboutir à une dynamique local du developpement je pense que non parce les idées ne sont pas originales.
 

Vianney 29/04/2005 21:36

POur moi cette musique definit bien ce rapport au materiel....
C'est plus 'je pense' mais 'j'ai' donc je suis


Jean-Jacques Goldman
Les choses

Paroles et Musique: Jean-Jacques Goldman 2001 "Chansons pour les pieds"


Si j'avais si j'avais ça
Je serais ceci je serais cela
Sans chose je n'existe pas
Les regards glissent sur moi
J'envie ce que les autres ont
Je crève de ce que je n'ai pas
Le bonheur est possession
Les supermarchés mes temples à moi

Dans mes uniformes, rien que des marques identifiées
Les choses me donnent une identité

Je prie les choses et les choses m'ont pris
Elles me posent, elles me donnent un prix
Je prie les choses, elles comblent ma vie
C'est plus 'je pense' mais 'j'ai' donc je suis

Des choses à mettre, à vendre, à soumettre
Une femme objet qui présente bien
Sans trône ou sceptre je me déteste
Roi nu, je ne vaux rien

J'ai le parfum de Jordan
Je suis un peu lui dans ses chaussures
J'achète pour être, je suis
Quelqu'un dans cette voiture
Une vie de flash en flash
Clip et club et clop et fast food
Fastoche speed ou calmant
Mais fast, tout le temps zap le vide
Et l'angoisse

Plus de bien de mal, mais est-ce que ça passe à la télé
Nobel ou scandale ? on dit 'V.I.P'

Je prie les choses et les choses m'ont pris
Elles me posent, elles me donnent un prix
Je prie les choses, elles comblent ma vie
C'est plus 'je pense' mais 'j'ai' donc je suis

Des choses à mettre, à vendre, à soumettre
Une femme objet qui présente bien
Sans trône ou sceptre je me déteste
Roi nu, je ne vaux rien

Je prie les choses et les choses m'ont pris
Elles me posent, elles me donnent un prix
Je prie les choses, elles comblent ma vie
C'est plus 'je pense' mais 'j'ai' donc je suis

Un tatouage, un piercing, un bijou
Je veux l'image, l'image et c'est tout
Le bon 'langage' les idées 'qu'il faut'
C'est tout ce que je vaux

morgane 09/02/2005 20:52

Merçi,ça fait réfléchir...
morgane

françois 09/02/2005 20:30

Bravo, mais il ne faudra pas tourner ça veste (avec les années!!)