Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 janvier 2007 6 27 /01 /janvier /2007 17:47

La solidarité : coup de cœur ou engagement durable ?

17 Octobre Journée mondiale du refus de la misère.

 

Conférence donnée à l’université catholique de Lille

Le 17 Octobre 2005

Par Bruno Tardieu

 

 

Le thème de cette semaine et de cette soirée est la solidarité.

Et la première question qui m’est venue est  « solidarité de qui ? »

De qui parle-t-on quand on parle de gens qui sont solidaires ?

 

L’évidence : il faut être solidaire avec ceux qui ont besoin.

Les nantis doivent être solidaires avec les démunis.

A cheminer aux côtés du Père Joseph Wresinski, et depuis 25 ans dans le Mouvement ATD Quart Monde fondé par lui avec les familles du camp des sans logis de Noisy le Grand je suis persuadé que cette évidence est le fondement de la rencontre manquée entre les hommes autour de la question  de la misère.

 

 

Rencontres manquées depuis toujours, faussées par les relations de bienfaiteur à obligé, « ma mère n’avait que des bienfaiteurs elle n’avait pas d’ami » disait le Père Joseph et au Sénégal on dit « la main qui donne est toujours au dessus de celle qui reçoit ».

 

Rencontres manquées que ce camp créé en 1954 par l’abbé Pierre pour les sans abris. Fait de la générosité de tous, il apparaissait aux personnes qui y arrivaient comme un camp de prisonniers que Geneviève de Gaulle compara au camp de concentration qu’elle avait connu.

 

Rencontres manquées car depuis toujours on pense pour les pauvres et réinvente les soupes populaires, resto du cœur, distributions humanitaires hyper efficaces qui ne changent rien sur le fond.

 

Rencontres manquées des milliers de projets inventés pour les populations, sans les populations, qui, bien sûr, échouent et ne font que décourager la générosité.

  

Tant et si bien qu’au fond de soi s’installe un sentiment de fatalité, c’est ainsi, la misère sera toujours là.

 

Aujourd’hui c’est le 17 octobre la Journée Mondiale du Refus de la Misère.

 

En ce moment dans le monde, des milliers de personnes qui vivent la misère se retrouvent avec d’autres et se rencontrent d’une manière différente. Ils témoignent ensemble que refuser la  misère c’est l’affaire de tous. 

 

Ca a commencé en 1987. 100 000 personnes sur le parvis des libertés et des droits de l’homme à Paris face à la Tour Eiffel à l’appel du Père Joseph Wresinski fondateur d’ATD Quart Monde ont inauguré une dalle à l’honneur des victimes de la misère avec l’inscription suivante :

 

LE 17 OCTOBRE 1987,
DES DEFENSEURS DES DROITS DE L’HOMME ET DU CITOYEN DE TOUS PAYS SE SONT RASSEMBLES SUR CE PARVIS. ILS ONT RENDU HOMMAGE AUX VICTIMES DE LA FAIM,  

DE L’IGNORANCE ET DE LA VIOLENCE. ILS ONT AFFIRME LEUR CONVICTION QUE LA MISERE N ’EST PAS FATALE. ILS ONT PROCLAME LEUR SOLIDARITE AVEC CEUX QUI LUTTENT A TRAVERS LE MONDE POUR LA DETRUIRE.

LA OU DES HOMMES SONT CONDAMNES A VIVRE DANS LA MISERE LES DROITS DE L’HOMME SONT VIOLES S’UNIR POUR LES FAIRE RESPECTER EST UN DEVOIR SACRE

 Père Joseph Wresinski

 

 

 

Ce message gravé en 1987 a un impact qui ne fait que grandir, repris partout dans le monde. Déjà en 1992, donc 5 ans après  des gens se sont rassemblés dans une centaine de pays, riches et pauvres ensemble. A l’île de Gorée au Sénégal par exemple, là où des millions de personnes sont parties vers l’esclavage, dans un village du Pérou écrasé par des siècles de colonisation et de mépris, aux Nations Unies à New York, de Noisy le Grand, là où a démarré ATD Quart Monde, dans des centaines de villes et de villages. Des radios du monde entier ont fait une chaîne pour que ces paroles soient entendues en direct par des millions de personnes vivant dans la misère et d’autres personnes. Je me souviens que dans un camp pénal à Bouaké en Côte d’Ivoire personne ne voulait manquer ce moment, et ils avaient installés une radio aussi à l’infirmerie pour ceux qui ne pourraient pas se réunir dans la cour.

 

Quelques mois après l’assemblée générale de l’ONU déclarait officiellement cette journée comme journée mondiale du refus de la misère. Maintenant des centaines de reproduction de cette dalle avec ce message inscrit ont vu le jour dans le monde.

 

Aujourd’hui Kofi Annan reçoit des personnes qui vivent la misère et ensemble ils réfléchissent, ensemble ils réfléchissent  à la stratégie de l’ONU pour lutter contre la misère et créer la Paix. Dans quelques jours ce sera à la Banque Mondiale. Mais c’est aussi en ce moment même à Somain près de la Mairie où il y a aussi une réplique de cette Dalle, ainsi qu’à Roubaix  en face de la médiathèque, des gens très pauvres et d’autres se rencontrent dans l’honneur.

 

Pourquoi ce message poursuit il son chemin discrètement et sûrement ?

Je crois que c’est parce qu’il mobilise les gens dans la misère qui pour une fois trouvent un message à la hauteur de leur souffrance et de leurs aspirations.

Et qu’il mobilise les autres aussi car les uns et les autres trouvent là une opportunité d’enfin se rencontrer dans la vérité.

 

Et là tout est inversé.

 

  

L’initiative ne vient plus d’en haut, de gens aisés qui s’imaginent les pauvres,  leurs manques, leurs besoins, sans connaître leurs pensées leurs aspirations, en en faisant ainsi les objets de leurs soifs de charité, de leur peur ou de leur désir de contrôle.

 

C’est une initiative qui vient du fin fond de l’espérance des personnes vivant dans la misère. 

 

Regardons ce message encore.

« Les défenseurs des droits de l’homme de tous pays se sont rassemblés sur ce parvis »

 

 

Ce qui est nouveau dans cette idée du Père Joseph, c’est de dire que les défenseurs des droits de l’homme, ce sont aussi et peut être en premier ceux qui vivent la misère. 

 

Ils mettent en œuvre les droits de l’homme, concrètement tous les jours. Par exemple, dans New York 4 000 familles sans abris sont logées par les services sociaux de la ville, 100 000 familles sans abris logées par d’autres familles pauvres[1]. Combien de fois avons-nous vu des familles, vivant à 6 dans deux pièces, prendre encore chez eux une autre personne ou une famille pour ne pas les laisser à la rue.

  

Mais aussi ils pensent les droits de l’homme. Des familles gitanes en train d’être expulsées à côté de chez moi à Herblay, alors qu’elles vivent là depuis 30 ans pour certaines. Après tout un combat le jugement en appel est tombé il y a deux jours et l’expulsion est confirmée. Nous étions catastrophés. Les gens étaient calmes et disaient : « nous c’est pas le pire, ceux qui sont expulsés des squats c’est pire, nous au moins on peut emmener notre logement avec nous dans la caravane ».

 

Ainsi ils nous font redécouvrir le fondement des droits de l’homme, et vivent ce que dit Emmanuel Levinas : le fondement des Droits de l’Homme est non pas de défendre son droit mais de défendre les droits de l’autre, celui pour lequel la dignité est la plus menacée.

 

Continuons cette méditation sur les mots gravés sur cette dalle.

« ILS ONT PROCLAME LEUR SOLIDARITE AVEC CEUX QUI LUTTENT A TRAVERS LE MONDE POUR LA DETRUIRE  »  

 

Qui c’est  « ceux qui luttent à travers le monde pour détruire la misère ? »

 

Arrêtez-vous un instant et demandez-vous ce que vous répondriez à cette question.

 

Pour moi cela a été un véritable retournement de penser que ceux qui luttent contre la misère, ce ne sont pas d’abord les œuvres, les bienfaiteurs ou les pays riches qui donnent aux pays pauvres.

 

Quand les pays riches et les grandes ONG liées à ces pays donnent, ils imposent en même temps leurs experts, leurs entreprises et pour finir un Euro donné rapporte largement autant[2]. 

 

Non, ce qui aide vraiment les pays pauvres ce ne sont pas les gouvernements riches,  ce sont les immigrés qui risquent leur vie à escalader les murs de nos pays. Ce que les immigrés de ces pays renvoient au pays est bien supérieur à l’aide de nos pays, jusqu’à 20 fois plus important dans certaines régions.  Haïti ne survit que par sa diaspora et le plus gros business là bas,  c’est Western Union qui fait les transferts d’argent et qui prend jusqu’à 20% de ce que le cousin qui a pris tous les risques pour passer aux USA réussit à envoyer à la famille[3]. 

 

Nous devons lever une vaste illusion : ceux qui aident les gens dans la misère, ce ne sont pas les riches, ce sont les gens dans la misère. 

 

Ceux qui luttent contre la misère pour la détruire, ce sont en tout premier lieu ceux qui la vivent.

 

Et eux ont l’engagement le plus durable. Ils n’ont pas le choix, et ils savent au fond de leur cœur que la misère est inhumaine et ils continuent tous les jours d’essayer, d’envoyer leurs enfants à l’école comme cette maman de la Nouvelle Orléans qui pourtant savait toute la violence que risquait son enfant, mais le voulait pour l’avenir. 

 

Mais alors que pouvons nous faire ? 

 

Qui que nous soyons, nous refusons au fond de notre être que la misère perdure. Même les petits enfants le sentent. Alors que faire ?

 

D’abord, le nous ici peut être dangereux. Chacun de nous dans cette salle est différent. Chacun trouvera son chemin. 

 

Pour certains, la précarité n’est peut être pas si loin, dans leur famille, dans leur histoire. Notre société élitiste n’encourage pas à y voir une source de fierté, l’université ne pousse pas à voir dans ceux qui ont lutté ou qui luttent toujours contre les difficultés des gens de qui apprendre, des gens qui savent des choses sur l’humain sur le courage, sur la fraternité que d’autres ne savent peut être pas. 

 

Pour d’autres qui n’ont pas une histoire de précarité comme moi-même il faut accepter simplement de ne pas être les premiers, ne pas être les initiateurs, accepter et apprendre à rejoindre les combats des gens qui vivent la misère mènent déjà, les solidarités qu’ils tentent déjà pour les soutenir. 

 

Accepter l’invitation à s’unir. 

 

L’inscription sur la Dalle finit par :  

LA OU DES HOMMES SONT CONDAMNES A VIVRE DANS LA MISERE LES DROITS DE L’HOMME SONT VIOLES. S’UNIR POUR LES FAIRE RESPECTER EST UN DEVOIR SACRE

 

Entrer dans cette invitation à s’unir demande de se laisser faire, de laisser tomber sa soif de maîtrise, sacro-sainte valeur de notre société moderne. 

 

Aujourd’hui chacun sent bien que cette soif de maîtrise de la techno science, et cette course à plus d’argent nous emmène nous et notre planète à notre perte. Ceux qui vivent la misère ont peut être une clé pour nous en sortir.  

 

Mais il y a autre chose. Rejoindre ceux qui vivent la misère pour en faire des maîtres à penser, des maîtres en humanité n’est plus pour moi de l’ordre d’un devoir moral qui dépendrait de ma seule volonté ou de mes coups de coeur. La volonté a ses hauts et ses bas. 

 

C’est devenu une joie profonde, une joie qui dure et que tout mon être veut faire durer.  L’expérience de sortir de la relation faussée.  

 

Ce n’est pas tant ce que j’aurai fait pour des gens qui m’habite et me tient mais plutôt des rencontres qui ont eu lieu et qui durent, des rencontres qui ont abaissé des frontières qui me paraissaient infranchissables. 

 

Dans cet immense apartheid mondial fait d’héritage d’exploitation de l’homme par l’homme, de mépris de l’homme pour l’homme qui a mené à l’esclavage, la  colonisation, le racisme, l’exclusion, je pensais impossible que les gens qui vivent la misère ne veuillent pas me rejeter. Je pensais impossible qu’on puisse se retrouver. 

 

Je crois que c’est cette peur-là qui fait que les riches montent des murs de plus en plus hauts. Ces murs que nous montons autour de notre Europe, Europe qui se dit tolérante en disant aux autres, « si seulement vous étiez  tolérants comme nous tout irait bien. » 

 

Je crois qu’on est plus hanté du mal qu’on a fait ou que vos ancêtres ont fait que du mal qu’on vous a fait.  

Quelle libération pour moi de tomber sur ce mouvement qui n’exploitait pas ma culpabilité, mais me disait « tu peux venir avec nous, si tu laisses ta supériorité et tes idées préconçues à la porte. » 

 

Evidement c’est tout un chemin de vie, vraiment penser ensemble avec des gens très pauvres reste toujours autant pour moi un défi. Mais c’est un chemin de libération mutuelle auquel je crois pour moi et pour les hommes. 

 

Et je vais en témoigner à travers quelques rencontres. 

 

J’ai commencé à ATD Quart Monde à l’âge de 20 ans. J’étais étudiant. J’ai fait un chantier d’été, très intrigué par ce que j’entendais de la misère de gens en France.  J’ai continué mes études, puis quand mes études me l’ont permis, je suis retourné vers ATD Quart Monde. A Créteil, j’ai rejoint la bibliothèque de rue, c’est à dire étaler des couvertures par terre et lire des livres avec les enfants. 

 

Eric Viney, ne savait ni lire ni écrire. Toute mon éducation me disait qu’il devait sûrement n’être pas intelligent. Et pourtant. 

 

Il aimait les échecs. En effet une femme de la cité, une femme qui avait connu la grande misère du Camp de Noisy le Grand avec le Père Joseph, Madame Maud Desandré avait été relogée dans cette cité d’urgence de Créteil, et avait créé un club d’échec. Et Eric jouait. Et Eric m’a proposé de jouer et il m’a battu aux échecs. Je finissais ma thèse en mathématiques et voilà ça m’a surpris. Pourquoi être si surpris ? Est-il donc impossible que les gens dans la misère aient quelque intelligence à m’apporter ?

 

 

 

Eric était passionné par la guerre de sécession aux Etats Unis. Un événement très important pour lui. Et nous avons continué à en parler depuis. Il a appris à écrire tout d’un coup à l’âge de 10 ans.

A ce moment-là, son père avait entendu l’appel du Père Joseph Wresinski « Il ne faut plus avoir honte d’être illettré que celui qui sait lire apprenne à celui qui ne sait pas. » René a pris son courage à deux mains et s’y est mis avec l’aide de Paul un allié d’ATD. Deux fois par semaine. Soutenu  à fond par son épouse Jeanine. René n’a jamais appris. Il ne sait toujours pas. Mais ça ne l’empêche pas de penser et de participer aux Universités Populaires du Quart Monde.  Mais je suis persuadé que Eric voyant son père se battre pour apprendre à lire, a tout à coup appris lui même.

Eric est sorti de la misère. Il a un travail stable, un logement stable, des amis.  Sa mère aujourd’hui écrit sa vie sur un ordinateur que ses enfants lui ont acheté.. Ce n’est pas moi qui ai fait cela, c’est Maud Desandré, c’est son père, c’est sa mère, c’est ce mouvement créé par des gens pauvres dans lesquels ils se sont reconnus, créé par Joseph Wresinski lui même né dans la misère dans lequel ils se sont reconnus et qui leur a donné la force. 

 

C’est le combat de son père qui a libéré Eric. Et tout ce que nous avons fait, c’est que ce combat ne soit plus ignoré, qu’il soit soutenu,  c’est de rendre hommage à ce combat.

Il reste que quand je lui avais dit que mon père était médecin, Eric, à 1O ans m’a dit moi aussi. Et il n’est pas médecin.

  

C’est un gâchis pour l’humanité.

 

Eric aurait pu être un excellent médecin plus capable que beaucoup de soigner les gens en particulier les gens les plus humbles. Un gâchis pour l’humanité.

 

Je n’aurais pas su dire ces mots-là si je ne les avais pas entendus du  Père Joseph. C’est à ce moment-là que je l’ai rencontré. 

 

Homme de la misère, je ne comprenais pas au début ce qu’il disait. Puis  le 17 novembre 1977, lors du rassemblement public à la Mutualité à Paris il a donné ces mots : 

 

Le Mouvement ATD Quart Monde s’est fondé sur un triple refus, le refus même que porte dans sa révolte silencieuse, le sous-prolétariat, à savoir : 

Le refus de la fatalité de la misère

 

Le refus de la culpabilité qui pèse sur ceux qui la subissent, 

 

Le refus du gâchis spirituel et humain que constitue le fait qu’une société puisse se priver si légèrement de l’expérience de ceux qui vivent dans la misère. 

 

La misère n’est pas fatale, elle n’est pas une malédiction de l’humanité contre laquelle les hommes ne pourraient rien faire. La misère est l’œuvre des hommes, seuls les hommes peuvent la détruire.

 

Le Père Joseph Wresinski homme qui m’a beaucoup déstabilisé, par sa manière de penser, dans une rationalité nouvelle, enracinée dans les contradictions dans l’homme et entre les hommes et dans leur capacités infinies d’amour. Je rêve aujourd’hui qu’elle déstabilise la pensée du monde pour nous sortir de cette ère moderne cartésienne qui a cru maîtriser la nature et l’humain. Le post moderne ne fait que  rejetter le passé, la rationalité fraternelle avec le plus exclu du Père Joseph a de l’avenir.

 

Il nous a demandé à ma femme et à moi d’aller à New York. Et c’est là que nous avons plongé dans le volontariat ATD Quart Monde, vivre une vie simple avec le salaire minimum du pays, habiter dans un quartier défavorisé, vivre la vie d’équipe. Ma femme a relu 20 ans de rapports d’observation pour écrire l’histoire de familles et moi je faisais une bibliothèque de rue.   

 

Nixon Pacheco. 

 

Je l’ai connu à 10 ans, découvrant l’ordinateur que j’apportais dans sa rue. Il habitait dans trois pièces à 9. On se connaît toujours on s’appelle. Il a contribué à un séminaire avec les plus grands spécialistes de l’éducation aux USA autour de la question : comment se fait-il que les enfants défavorisés échouent à l’école, qu’est ce qui peut libérer leur potentiel ? Nixon est le seul de sa famille a avoir fini ses études secondaires. Son père à lui non plus ne sait toujours pas lire et écrire. Pour se séminaire il a expliqué que s’il a réussi c’est parce que son grand père s’est battu,  a osé quitter la misère de Porto Rico pour tout risquer à New York. Et, dit il,  comme Moise il s’est lancé mais n’a pas vu le résultat pour son peuple. Son grand père Innocencio a nommé son fils aîné Nixon, du nom du président de l’époque, pour montrer son espoir, sa foi dans son nouveau pays. Nixon Junior dit que s’il a réussi, c’est que des gens à ATD Quart Monde lui ont fait comprendre la valeur de sa famille, le combat de ses parents. Il dit : « on n’apprend pas pour soi, on apprend pour pouvoir ramener cette fierté à ses parents. Mais à l’école ils ne comprennent pas ça, ils nous font honte de nos parents, ils nous disent de ne pas les écouter. » 

 

Tous les enfants défavorisés que j’ai connus partout grandissent dans cette guerre entre leur milieu et l’école, guerre du sens entre ce qu’ils ont appris à la maison et ce qu’ils apprennent à l’école, qui ne colle pas ensemble. C’est très dur de construire sa pensée quand l’école dit le contraire de son expérience, de ce qu’on apprend chez soi. L’expérience de vie qu’ils apprennent dans leur famille fait honte à notre société, et la société et donc l’école préfèrent la nier. La rencontre manquée entre les savoirs et les logiques fait des ravages chez les enfants qui ne peuvent se développer  dans cette  contradiction. Echouer à l’école, c’est le début de la précarité. 

 

Maintenant Nixon a voulu reprendre ses études, pour cela il avait envisagé le seul chemin possible pour les couches populaire : l’armée. La guerre en Irak a éclaté ensuite. Il est aujourd’hui en Irak. Reviendra-t-il ? Comment reviendra-t-il ? 

 

Une autre rencontre m’a marqué qui montre encore que la rencontre est possible.  

 

Jean Michel et Maurice

 

Une histoire tirée d’un travail avec les alliés d’ATD Quart Monde pour comprendre comment se lier entre gens de la société et gens dans la misère. Jean Michel et Annick sa femme sont artisans menuisiers. Un jour Maurice leur demande de l’embauche. Annick qui a connu la misère dans son enfance sent tout de suite que Maurice a la vie dure. Ils l’embauchent. Vite ils voient qu’il n’a pas travaillé depuis longtemps et que c’est dur. Un jour ils ont un chantier dans les beaux quartiers. Il faut enlever les chaussures pour ne pas salir la moquette. L’odeur est terrible et Jean Michel le dit à Maurice. Maurice lui avoue : il vit dans une caravane cassée, il n’a pas l’eau , il ne peut pas se laver le matin avant le travail. 

 

Ils vont sur la Dalle. Maurice est très étonné de ces paroles qui osent parler de misère comme çà en plein Paris face à la tour Eiffel. Petit à petit au boulot ils parlent d’ATD Quart Monde.  Jean Michel lui dit qu’il va sur la Dalle tous les 17 du mois avec d’autres de la région parisienne.

 

Puis la vie devient plus dure, et Maurice manque. Jean Michel finit par le renvoyer. Plusieurs mois après il le revoit, il vit à la rue avec une femme. Ils n’arrivent pas à se reparler. Puis un jour il revient voir Annick. Il lui dit qu’il est allé sur la Dalle du Trocadéro le 17, et Jean Michel n’y était pas. La promesse scellée dans le marbre leur donne un lieu pour se retrouver se rencontrer à nouveau.  Jean Michel lui dit de revenir mais Annick lui demande d’en parler à tous les ouvriers. Il faut que tout le monde prenne sur soi. Maurice revient, il aide beaucoup un jeune à travailler en équipe. A ce moment-là, il cache à la médecine du travail qu’il a un cancer. Il ne veut pas se faire soigner. Pour lui la douleur physique n’est rien à côté de la chance qu’il a d’être à nouveau reconnu. Ce cancer l’emporte. Quelques mois plus tard le 17 Octobre 1993, Jean Michel témoigne :

Quand Maurice est venu me chercher sur cette Dalle, il n’était pas venu voir le chef d’entreprise mais le citoyen qui comme lui refuse la misère.

 

Pour conclure, j’aimerais vous faire part encore d’un souci.

 

Aujourd’hui je suis responsable de la formation dans le Mouvement ATD Quart Monde international et je vois de très nombreux jeunes qui veulent s’engager. Environ 1000/an en France et autant aux USA. Et je m’en réjouis. Beaucoup choisissent de nous rejoindre.  Ceux qui acceptent l’idée que la rencontre, la découverte, apprendre des personnes dans la pauvreté vient avant les projets. Ceux qui acceptent d’apprendre à rencontrer la misère dans leur propre pays avant d’aller dans un autre pays.

 

Mais beaucoup semblent pris par des idées de carrière humanitaire de plus en plus centrés sur des valeurs de productivisme et d’efficacité, par des nouveaux diplômes en développement, qui apprend à faire des projets mais qui les empêchera de vivre une véritable rencontre.

 

Nulle place dans ce Charity business pour la présence, pour se laisser faire, pour apprendre ensemble : il faut prouver au donateur que son chèque a été utilisé selon tous les canons de la productivité. Nouvelle maîtrise, nouveau mensonge, nouvel esclavage dans lequel tant d’initiatives nées dans ces peuples se sentent obligées de rentrer.

 

De quel droit notre société qui se construit des murs dorés pour s’y enfermer et être sûre que les autres ne puissent pas nous rejoindre, va exporter des valeurs qui créent de plus en plus de violence et de misère ? Qui sommes-nous pour aller enseigner la solidarité à des peuples qui la connaissent peut être mieux que nous ? Pourquoi aller demander à des peuples de faire comme nous qui prenons la croissance comme un nouveau dieu ? Pourquoi exporter nos modèles du social, du politique comme de l’économique alors qu’ils n’ont pas réussi à vaincre la misère.

 

Notre équipe du Pérou, faite de Péruviens, raconte comment les ONG qui essayent d’aider ne comprennent rien à l’Ayni, culture ancestrale de la réciprocité et reprochent à une personne qu’ils aident de vouloir partager le résultat de ses efforts avec les autres. Pour l’homme en question c’était incompréhensible et la fin de sa confiance dans cette ONG.

 

Beaucoup de jeunes Africains, Malgaches, Haïtiens deviennent aussi volontaires ATD Quart Monde. Et après deux ou trois années dans leurs pays, ils  poursuivent leur formation dans un pays du Nord.  Ils n’en reviennent pas de la misère chez nous. C’est comme si le miroir aux alouettes avait été cassé. 

 

La professionnalisation de l’humanitaire a transformé quelque chose qui  empêche ce à quoi vous aspirez le plus, vous les jeunes. Je ne crois pas que vous y croyez vous à être des sauveurs. Ce à quoi vous aspirez c’est à de vraies rencontres.

Ce n’est pas d’efficacité ou de maîtrise dont vous rêvez au fond du cœur. Vous savez mieux que notre génération, que maîtriser la nature ne fait que la détruire. Vous savez qu’à faire trop de plans on passe à côté de l’essentiel. Vous savez que si une garçon et une fille se rencontrent et que l’un fait tous les plans ça ne va pas durer longtemps. Moi, avec ma femme j’apprends toujours ça, ne pas faire des plans pour l’autre ni pour les deux, se risquer ensemble.

 

Vous rêvez de rencontres vraies où le mépris, la domination, les héritages de racisme, de colonisation, de peurs de jugements n’auraient plus leurs place.  Vous rêvez de rencontres qui feraient que le niveau de violence dans notre monde pourrait enfin commencer à baisser un peu au lieu de monter sans cesse.

 

Quand vous rêvez de partir au loin peut être avez vous un peu peur, alors les projets, tout l’appareillage de projet de développement, de logistique vous rassure. Moins de risques. Mais vous le savez sans risque, pas de relation. Les milliards d’hommes, de femmes, d’enfants et de jeunes qui vivent dans la misère ne voient venir vers eux que des gens bardés de certitudes de projets tout préparés.

 

Mais vous osez la rencontre, préparez vous à la rencontre, ayez l’audace de rencontrer les jeunes en tant que jeunes pas en tant que spécialistes du développement ou de l’humanitaire.

Laissez de côté le dieu développement. Nous, on vit dans un pays qui vit le progrès et le développement depuis 500 ans. Et on n’a pas résolu la misère et l’exclusion.

 

Les personnes qui vivent la misère, aspirent elles aussi à la rencontre, elles aspirent à féconder leur solidarité avec la vôtre, leur engagement avec le vôtre. A croiser leur intelligence et leur savoir avec les vôtres.

 

Mais pour cela, nous devons nous laisser faire, ne plus croire que nous savons tout, accepter que les plus démunis doivent devenir nos maîtres, nos maîtres en humanité.

 

  

 

Références : 

 

Levinas Emmanuel « Les droits de l’autre homme » in Les Droits de l’Homme en question. Paris La Documentation Française, 1989

Quart Monde Revue N° 183 « 17 Octobre un pacte pour l’avenir »

Quart Monde Revue N°192  « Reconsidérer la pauvreté »

Rosenfeld, Jona, Tardieu, Bruno Artisans de Démocratie. Paris : Ed. Atelier et Ed. Quart Monde. 1998

Wresinski, Joseph. Les Pauvres sont l’Eglises. Paris Centurion 1983

 


1 Coalition for the Homeless New York Annual Report 1986

2 C’est ce qu’on appelle « l’aide liée » voir www.crid.asso.fr

3 Plus le coût d'envoi est élevé : jusqu'à 20 % pour des montants inférieurs à 100 Euro et seulement 4,2 % pour un montant de 1500 Euro.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

arnaud 17/03/2007 18:21

J'ai ouvert un blog politique sur http://desirsdavenir86000.over-blog.net/ alors venez le voir et dite ce que vous en penser dans les commentaires pour que je l'ameliore, merci d'avance!!!!

ali 02/03/2006 19:19

pas de projet, pas de diplome de developpement et dhumanitaire.Concretement, cest quoi la solution?bien sur jaimerais pouvoir partir a la rencontre des gens et voila, mais je vit comment?est ce que ca change qqch?il est question ici de toute les choses quil ne faut pas faire, toute les erreurs..mais concretement, ya til 1 espece de solution?